All Posts by Siegfried HAACK

About the Author

L’art de vendre (à tous)

By Siegfried HAACK

Qu’est-ce que l’art de vendre ? Que l’on parle d’une nouvelle offre, de l’ouverture d’une nouvelle structure, qu’on cherche à proposer un produit ou un service, la phase de démarchage pour vendre est essentielle pour que votre projet soit viable.

Pour que votre interlocuteur vous suive jusqu’à l’acte d’acheter votre idée ou votre produit, il doit y croire et c’est sûrement là l’un des enjeux les plus puissants dans l’art de vendre.

S’adapter au client

Dans l’art de vendre, il existe une notion à toujours garder à l’esprit, c’est la relation vendeur-client et la dimension psychologique qui s’installe entre eux deux au moment où le client reçoit les informations du vendeur.

Concrètement, celui qui propose recherche des gains tandis que celui qui dispose cherche à limiter ses dépenses.

Il est essentiel de mettre en place des stratégies émotionnelles et psychologiques pour faire entendre à votre interlocuteur que ce que vous lui dites est dans son intérêt.

Savoir s'adapter au client pour maitriser l'art de vendre.

L’une des premières choses à mettre en place est de se mettre à la place du client, de s’adapter à lui et ne surtout pas chercher à imiter un modèle.

Oubliez les phrases toutes faites, les discours préétablis que l’on a entendus mille et une fois !

Entrainez-vous plutôt à parler du produit au lieu de réciter un énième listing de points forts dudit produit.

Cherchez à comprendre ce qu’attend le client ou votre public, comprenez leurs besoins et répondez-y de manière pragmatique. Estimez la personne que vous avez devant vous et adaptez votre discours.

Il est, par exemple, inutile de se montrer trop professionnel ou trop technique avec une personne qui fonctionne à l’émotion. Cela serait contreproductif.

Selon ce que vous ressentez, apprenez à adapter votre discours.

Mettre la passion au cœur de l’échange

En parlant avec passion d’une proposition ou d’un produit, vous démontrez que vous êtes vous-même partie prenante du projet, que vous y croyez fermement.

Exprimez-vous avec passion pour vendre !

Cela devient, pour le client ou l’auditoire, une source d’inspiration et de confiance.

Comment faire cela ?

Utilisez le « nous » au lieu du « on ». Il est essentiel de montrer que vous vous investissez dans votre manière de présenter votre produit ou votre service.

Nous avons tous besoin de matérialiser notre confiance en une personne.

L’art de vendre ou travailler son image

Là encore, l’art de vendre, c’est aussi une question de communication et cela passe inévitablement par une question d’image.

Votre manière de vous présenter et de prendre contact avec votre client sont des points cruciaux.

Et pour donner l’impression que vous avez l’étoffe d’une personne qui réussit et qui positive, cela passe notamment par votre intonation, par le choix de vos mots, par votre langage corporel.

Maitrisez son image pour maitriser l'art de vendre.

La voix doit être assurée. Vous ne devez pas hésiter ni donner l’impression que vous demandez l’autorisation de vous adresser à votre interlocuteur.

Montrez que vous informez votre client, mais ne cherchez pas à exiger de lui, à le solliciter.

L’art de vendre ou la maîtrise de son savoir

Enfin, la condition de réussir dans l’art de vendre est d’inspirer la sécurité et la stabilité. Et cela passe inévitablement par la maitrise de ce que vous dites et proposez.

Connaissez les tenants et les aboutissants de votre produit ou service.

Le secret n’est pas de vous présenter comme un vendeur et de susciter la méfiance au contraire, mettez-vous d’égal à égal.

Connaissez votre sujet sur le bout des doigts pour vendre !

Si le client sent que vous cherchez à vendre à tout prix, il y décèlera une faiblesse de votre part et au moment de négocier, la balance sera alors de son côté.

Apprenez simplement à répondre objectivement à n’importe quelle question, qu’elle soit d’ordre technique, professionnel ou même moral.

Comment doper votre sens de la répartie ?

By Siegfried HAACK

Combien de fois ne vous êtes-vous pas déjà dit « ah, j’aurais dû répondre cela ! » ou « si j’avais su lui dire cela ! » ? Savoir répondre du tac au tac à quelqu’un qui essaie de vous déstabiliser, voilà peut-être l’un des superpouvoirs qui vous aidera en public ou dans la sphère privée.

Je vous propose de découvrir quelques ingrédients pour booster votre sens de la répartie.

Qu’est-ce que la répartie ?

Avoir de la répartie, c’est avoir la capacité de riposter à une réplique de manière rapide et prompte.

Cette attitude s’avère cruciale quand on cherche à vous déstabiliser comme lors d’un entretien ou d’un oral.

Avoir un sens de la répartie, c’est accepter de jouer une partie de « ping-pong verbal » avec rapidité, agilité et réflexe, et ce, quel que soit votre état émotionnel.

Qu'est-ce que le sens de la répartie ?

Vous devez avoir un état d’esprit en alerte, vous montrer réactif et vif, rester à l’écoute des personnes qui vous entourent pour développer cette petite gymnastique cérébrale.

Mais avoir de la répartie, c’est aussi avoir de l’humour, notamment sur soi.

Pouvoir rebondir sur ce que vous dit votre interlocuteur avec finesse et humour est une des meilleures réponses que l’on peut donner à quelqu’un qui vous attaque ou cherche à vous mettre des bâtons dans les roues.

Avoir de la répartie face à tout le monde

Il existe 2 types de personnes qui vont chercher à vous fragiliser.

Les personnes que vous connaissez relativement bien

Ces personnes font partie de votre entourage et ils se montrent assez taquins envers vous.

Il est important de développer une certaine gamme d’expressions qui vous sont propres et que vous maitrisez parfaitement.

Certains vont préférer l’humour tandis que d’autres joueront davantage la carte de la séduction.

Ici, il n’y a pas quelque chose de nouveau à apprendre, ce sont davantage des habitudes à prendre pour ne pas risquer d’être déstabilisé.

Quel est le type de votre interlocuteur ?

Les personnes que vous connaissez moins bien ou pas du tout

Avec ce genre de personnes, vous pouvez être déstabilisés par manque d’habitude.

Il convient alors d’adopter certaines attitudes pour votre répartie :

  • Garder son calme en souriant : cela démontre que vous maitrisez la situation, tout du moins en apparence ;
  • Inspirer profondément pour gagner du temps tout en réfléchissant à ses arguments ;
  • Donner sa réplique en utilisant quelques techniques pratiques.

Conseils et techniques pour gagner de la répartie

Vous reformulez

Cette technique est très prisée par les politiciens notamment.

Ici, vous souriez, vous soupirez et reformulez clairement et avec vos mots ce que vient de dire votre interlocuteur.

Cela vous donne suffisamment de temps pour réfléchir à vos propres arguments et à démontrer que vous avez bien compris le message ou la question qui vous est adressée.

Vous exagérez

Apportez une notion de gravité dans ce que raconte votre interlocuteur. Cela risque de mettre l’autre mal à l’aise et le déstabiliser, car il ne s’attend pas à ce genre de retour.

Cependant, n’oubliez pas de préciser que c’est une blague afin de ne pas refroidir ou envenimer la relation.

Apprendre à avoir confiance en soi pour gagner en répartie.

Apprenez à retrouver confiance en vous

Si vous manquez de confiance, apprenez à vous recentrer sur vous-même et à prendre du recul sur la situation.

Fermez les yeux quelques secondes, revivez la scène qui vous met mal à l’aise, prenez conscience de vos émotions et ne cherchez pas à tout contrôler.

En ayant confiance en vous, vous démontrez que vous acceptez ce que vous ressentez et que vous vous appuyez sur ces sentiments pour produire une répartie adaptée.

Écoutez l’autre

C’est probablement la meilleure technique pour gagner en répartie.

Quand votre interlocuteur s’exprime, concentrez-vous sur lui et non sur vos réactions.

En maitrisant votre attention, vous trouvez les mots et les réactions adéquates sans blesser l’autre.

L’art de la répartie s’apprend avec le temps. Il est essentiel de se connaître, de savoir quel genre de répartie on est capable d’utiliser et d’adapter sa communication à sa personnalité.

Le « small talk » : pourquoi l’utiliser ?

By Siegfried HAACK

Il existe des situations, notamment dans la sphère professionnelle, où l’on doit faire preuve d’une certaine maitrise de l’art de la conversation. Mais tout le monde n’a pas cette capacité à se lancer d’emblée. Heureusement, il existe une technique incroyable : le small talk ou l’art de converser de manière légère et marquante.

Les situations d’un small talk

Les occasions d’entamer une conversation sont multiples et variées. Cela peut être pour une introduction en réunion, un entretien d’embauche, une rencontre fortuite avec le PDG de votre entreprise ou la vente d’un produit avec un client.

Dans quelles circonstances créer un small talk ?

Il est temps d’entamer une conversation légère et agréable, courte, mais qui donne envie d’en savoir plus.

Deux options se présentent à vous :

  • Vous entrez directement dans le vif du sujet, au risque peut-être de paraître abrupt.
  • Vous vous familiarisez avec le small talk qui va permettre de faire connaissance et servira de préambule à votre discours oral.

Sujets de prédilection ou à éviter en small talk

Si vous ne connaissez pas ou maitrisez mal le small talk, vous avez des sujets de prédilection, un peu passe-partout, qui vont permettre de lancer votre conversation, d’en apprendre un peu plus sur votre interlocuteur.

La météo figure toujours parmi les premiers choix, ainsi que les transports. Mais vous pouvez aussi évoquer des questions de sport, l’Art, les événements culturels ou les voyages.

Bien évidemment, si vous connaissez un peu les centres d’intérêt de votre interlocuteur, allez-y, foncez !

Quels sont les sujets les plus prisés en small talk ?

Autant il existe de sujets qui permettent de créer du lien immédiatement, autant il existe des sujets à éviter lors de votre small talk.

Évitez en premier lieu les sujets polémiques ou sensibles comme ceux en lien avec la religion, la politique, les maladies ou la vie privée de la personne en face de vous.

N’oubliez pas que l’idée d’un small talk est de donner envie à votre interlocuteur de poursuivre la discussion avec vous, vous devez donc donner une image positive.

3 conseils pour réussir votre small talk

Se montrer original

Tandis que la météo semble un sujet banal, vous pouvez tenter d’amorcer la conversation en évitant les lieux communs et les formules toutes prêtes.

Ajoutez une touche personnelle à vos remarques, reposez-vous sur le quotidien pour rebondir et entamer votre discussion.

Se montrer positif

En vous montrant positif, sûr de vous-même, souriant et avenant, vous suscitez naturellement la sympathie. En possédant une bonne estime de vous-même, vous dégagez des ondes positives et bienveillantes. Dès lors, votre compagnie s’avère agréable.

Et comme le dit l’adage, on a rarement une seconde chance de faire une première bonne impression alors, souriez, faites part à votre interlocuteur de votre intérêt à son encontre !

Quelques conseils pour booster votre lancement de conversation.

Adoptez un langage verbal avenant et positif

Quand vous n’avez que quelques secondes, peut-être deux ou trois minutes tout au plus, votre langage corporel doit parler pour vous.

Sourirez sans en faire de trop, ne dissimulez pas vos mains, ni dans votre dos ni dans vos poches et adoptez une attitude détendue.

La distance est importante en small talk, c’est pourquoi vous ne devez pas être trop près de votre interlocuteur. Celui-ci aura l’impression que vous piétiniez son espace personnel. A contrario, vous montrer trop distant physiquement laissera cette impression que vous ne l’intéressez pas.

Gérez votre stress grâce à la cohérence cardiaque

By Siegfried HAACK

Nous rencontrons tous des moments de stress ou d’anxiété dans nos vies, que ce soit dans la sphère privée ou sur notre lieu de travail. Tandis que certains se déchargent mentalement sur un adjuvant comme le chocolat, l’alcool ou le tabac, il existe une autre méthode pour gérer le stress : la méthode de la cohérence cardiaque.

Qu’est-ce que la cohérence cardiaque ?

Technique pouvant se mettre en pratique n’importe où, la cohérence cardiaque s’effectue à partir d’une respiration lente et précise.

En inspirant profondément et en insufflant de la même manière, vous réduisez le taux de cortisol — principale hormone du stress — dans votre organisme. Vous rééquilibrez votre système nerveux et tendez vers un bien-être.

Qu'est-ce que la cohérence cardiaque ?

Accessible à tous, la cohérence cardiaque permet d’équilibrer votre système nerveux autonome et votre gestion émotionnelle.

Comment fonctionne la cohérence cardiaque ?

Elle consiste, tout simplement, à synchroniser vos rythmes cardiaques et respiratoires en utilisant des techniques de méditation et de relaxation.

Sur le plan physiologique, le rythme cardiaque est capable de se réguler en se basant sur des stimuli.

Concrètement, il va s’accélérer si l’on est soumis à un environnement stressant et se ralentir dans une ambiance plus relaxante.

Mais son rythme dépend aussi de notre respiration comme si cœur et respiration partageaient un même réseau de communication.

Quels sont les bienfaits de la cohérence cardiaque ?

En travaillant sur la synchronisation de votre respiration avec celle de votre fréquence cardiaque, les bienfaits apparaissent très rapidement, au bout d’une dizaine de jours en moyenne.

Les avantages de la cohérence cardiaque pour réduire votre stress.

On retrouve ainsi, parmi les avantages de cette pratique, des vertus telles que :

  • Une réduction de l’hypertension artérielle ;
  • Une baisse du risque cardiovasculaire ;
  • La régulation du taux de sucre dans le sang ;
  • Une meilleure récupération au niveau du souffle ;
  • Une nette amélioration de la concentration et de la mémorisation ;
  • Une réduction des troubles de l’attention.

La cohérence cardiaque, quand on évolue dans un environnement stressant, est un outil simple à mettre en place, gratuit et surtout à la portée de tout le monde.

Comment réaliser un exercice de cohérence cardiaque ?

Vous pouvez utiliser la règle du 365, c’est-à-dire 3 fois par jour. Vous inspirez et expirez 6 fois par minute durant 5 minutes.

Pour vous aider à mettre en place et synchroniser votre respiration et vos battements cardiaques, vous pouvez utiliser une horloge, un minuteur ou pratiquer cet exercice le temps d’une ou de vos deux chansons préférées.

Vous pouvez imaginer dessiner, virtuellement ou concrètement, des vagues avec votre doigt en faisant monter le trait quand vous inspirez et le descendant au moment de l’expiration.

Sur 5 minutes, cela représente une trentaine de vagues.

Essayez en même temps de fixer mentalement l’objet et les symptômes de votre stress, puis abandonnez vos pensées et surtout les émotions négatives.

Vous entrez alors dans une sorte de méditation intérieure où votre stress sera remplacé par un sentiment positif (souvenir de vacances, plage idyllique, image réconfortante, etc.)

Comment pratiquer la cohérence cardiaque ?

Plus vous allez pratiquer la cohérence cardiaque, plus votre fréquence cardiaque et votre respiration vont se réduire progressivement.

Cet exercice est idéal quand survient une vague de stress.

Il vous suffit de porter l’attention sur votre poitrine, au niveau du cœur, d’écouter et de visualiser votre respiration. Prenez du recul vis-à-vis de ce que vous traversez en appréciant le va-et-vient de chaque battement, la cadence de votre respiration.

Laissez-vous, enfin, envahir par vos pensées positives et retrouvez ainsi votre calme.

Faut-il avoir une bonne mémoire pour parler en public ?

By Siegfried HAACK

« Parler en public n’est pas à la portée de tout le monde ». Enfin, c’est ce que dit l’adage car rien n’est plus faux !

Sans doute cette croyance vient-elle du fait que certains semblent très à l’aise dans cet exercice quand d’autres ont beaucoup de difficultés à affronter le public. Et parmi les peurs, qui peuvent freiner le potentiel orateur, l’une des plus communes est la peur du trou de mémoire.

Vais-je tout oublier ? Comment me rattraper si j’oublie ce que j’ai à dire ?

Doit-on avoir nécessairement une bonne mémoire pour faire un discours en public ?

Trou de mémoire et stress

Quand l’enjeu est personnel, le ressenti s’accroît.

Il est normal d’être plus tressé quand on cherche à briguer un poste ou quand on doit prononcer un speech important lors d’un congrès ou devant le CEO de votre entreprise.

Mais si vous savez prendre un peu de recul, le stress s’atténue aussi rapidement.

Parmi les manifestations de cette peur et de ce stress, il y a le trou de mémoire.

En pleine situation de stress voire de panique, notre cerveau peut vous jouer des tours et « bugguer » comme le ferait un ordinateur. C’est une façon pour le cerveau de se protéger de toute cette dose d’adrénaline.

Préparer son discours

Comme nous l’avons déjà évoqué, parler en public ne s’improvise pas.

Il y a tout un travail en amont : un travail de recherche, un travail de ciblage de public, un travail sur le langage non verbal, etc.

L'importance de préparer son discours.

Dans la plupart des cas, il arrive que l’orateur possède des fiches ou quelques notes affichées sur un mur de projection qui vont lui permettre de poursuivre sa présentation.

Un bon orateur n’apprend pas tout son texte par cœur, car cela est contre-productif. Cela fait perdre du temps et cela vous oblige à respecter le mot à mot, ce qui peut rapidement devenir un supplice pour votre auditoire.

L’orateur va préférer garder une certaine latitude pour la spontanéité, les effets de surprise, l’impromptu qui sont autant d’ingrédients qui participent à la réactivité de celui-ci avec son public.

Un secret bien gardé

Et puis, posez-vous la question suivante : qui sait réellement que vous avez un trou de mémoire ?

Dans les premiers instants, il est rare que l’on s’en rende compte.

Deux options pour parer au trou de mémoire en public.

Vous avez alors deux options devant vous :

  • Affirmer haut et fort que vous avez un trou de mémoire. Et le temps que le public réagisse, vous serez à même de rebondir et de retrouver le fil de votre discours.
  • Vous essayez de mettre en place quelques astuces et techniques.

C’est l’occasion de dégainer quelques astuces pour enchainer ni vu ni connu.

​6 techniques pour survivre au trou de mémoire

  1. La courte pause : faites une pause entre 2 et 4 secondes le temps de reprendre vos esprits, profitez-en pour respirer à fond et oxygéner votre cerveau. Pourquoi ne pas en profiter pour boire un verre d’eau ?
  2. Concentrez-vous sur une personne : si votre regard devient fuyant, si votre sourire se fait absent ou si vous gardez une posture fermée (bras croisés par exemple), alors le public saura que vous êtes dans une situation gênante. Au lieu de regarder tout votre auditoire, concentrez-vous sur une personne, cela va réduire votre stress et vous retrouverez le fil de votre discours très rapidement.
  3. Ayez des fiches à portée de main : vous pouvez mettre en évidence certains chiffres, certaines idées, certaines citations dans vos fiches. Cela va vous aider, comme un fil d’Ariane, à poursuivre votre discours.
  4. Accélérez votre discours : concrètement, qui sait ce que vous allez dire dans votre discours ? Personne. C’est une formidable occasion de faire « avance rapide » dans votre discours. Passez à l’idée suivante, cela va permettre de débloquer la situation du trou de mémoire.
  5. Interrogez votre public : pour créer un lien avec votre auditoire, vous pouvez les interroger en leur demandant de reformuler ce qu’ils ont compris. Ou en leur demandant leur avis sur ce qu’ils viennent d’entendre.
  6. Jouez de votre humour : un peu de légèreté adoucit les choses. Moquez-vous de vous-même pour désamorcer la situation.

Les clés pour lutter contre le trou de mémoire en public.

Parler en public ne requiert pas nécessairement d’apprendre par cœur votre texte. Il faut connaître quelques techniques, quelques astuces pour rebondir en cas de trou de mémoire.

Quelle préparation avant votre prise de parole ?

By Siegfried HAACK

Que ce soit pour un oral d’examen, une présentation d’un produit, un concours ou encore la défense d’un projet devant des experts, la prise de parole en public n’est pas un exercice qui s’improvise. Une préparation aussi bien physique que mentale s’avère nécessaire en amont pour que votre speech soit le plus clair et le mieux compris possible le moment venu.

Une préparation physique

Votre engagement, votre investissement dans une prise de parole en public, surtout si vous vous adressez à un public pour convaincre et vendre, va drainer une certaine dose de votre énergie, physique comme mentale.

À l’instar d’un sportif de haut niveau qui se prépare pour une compétition, vous devez vous aussi préparer votre organisme pour gérer ce moment qui peut s’avérer à la fois exaltant, mais fatigant.

Une pratique sportive régulière

En pratiquant une activité régulière, vous allez apprendre à mieux gérer le pic d’adrénaline qui survient au moment de prendre la parole.

Pratiquer du sport pour mieux respirer.

En gérant votre capacité respiratoire, vous oxygénez mieux votre cerveau et tous vos organes et êtes alors capable de rester calme en toute circonstance.

La respiration est un des piliers de l’exercice du discours oral. Travaillez régulièrement votre diaphragme en réalisant des exercices vocaux par exemple ou avec des séances de sport d’endurance.

Vous serez alors à même de parler publiquement sur un même souffle, et ce de manière plus forte et longue.

Bien respirer pour gérer le stress du speech.

Manger et boire

Enfin, n’oubliez pas les bases d’une vie « healthy », à savoir une alimentation régulière et saine et une hydratation suffisante (vous pouvez continuer à boire régulièrement pendant votre prise de parole également).

Comme notre cerveau consomme 1/5e de l’énergie que nous produisons, cette concentration requiert une forte dose énergétique.

Une alimentation healthy comme préparation de votre prise de parole.

Avant toute prise de parole, pensez à manger, si possible des sucres lents pour que le corps reste dans une forme optimale et ne génère pas de stress à cause d’une sensation de manque.

Amy Cuddy, célèbre psychologue sociale américaine, propose de surveiller ce qu’elle nomme les « power gestures » : se tenir bien droit, les épaules en arrière, s’étirer, conserver une gestuelle ouverte.

Une préparation mentale de la prise de parole

L’esprit a besoin également d’être préparé pour être au maximum de ses facultés au moment de votre prise de parole en public.

Pour cela, la 1ère chose est d’apprendre à vous connaître.

Cela vous évite d’être déstabilisé au moment des échanges avec vos interlocuteurs.

Apprenez à exposer sereinement votre argumentation, à mettre le doigt sur vos points forts, mais aussi sur vos faibles.

Peut-être avez-vous à rougir, à bégayer, à baisser la tête et les yeux quand vous êtes dans une situation gênante ? Ce sont autant de points sur lesquels vous pouvez travailler en amont.

Ensuite, entrainez-vous mentalement. Renforcez votre esprit, motivez-vous en lisant des citations d’hommes et de femmes réputées et qui ont réussi.

Apprenez à méditer afin de focaliser votre esprit sur l’essentiel, sur votre discours. Apaisez votre esprit pour que le « flow » de votre discours soit le plus limpide possible.

Méditer avant de discourir oralement.

Dites-vous que si vous en êtes rendu à parler publiquement pour présenter, vendre, faire réfléchir, c’est que vous en avez la capacité.

Avec une bonne préparation de votre prise de parole, sachez que vous possédez toutes les compétences pour répondre favorablement à cette situation.

Le langage corporel dans vos prises de parole

By Siegfried HAACK

Saviez-vous que près de 80 % de notre communication est non verbale ? Quand vous devez prendre la parole en public, votre auditoire va se forger sa première opinion dans les 90 secondes. Selon ce que vous allez dire, mais surtout votre posture, le placement de votre voix et vos gestes, leur engagement sera au rendez-vous… ou pas.

Le corps comme outil de communication

Quand vous vous exprimez en public, le langage de votre corps apporte du poids à votre message et booste votre crédibilité.

Il est important de prendre conscience, dès à présent, que votre corps est un élément indispensable pour convaincre votre public.

C’est pourquoi il est essentiel qu’il ne contredise pas ou ne dévalorise pas votre propos.

Pourquoi ? Parce que vous risquez tout simplement de perdre l’intérêt ou l’attention de votre public.

Votre corps est un outil de communication. C’est pourquoi vous devez surveiller votre posture, là où vous mettez vos mains, l’intonation de votre voix.

Quand vous communiquez, vos gestes doivent être en accord — on parle de congruence — avec vos mots.

Votre corps est un outil de communication.

On comprend, dès lors, qu’il est important d’identifier les points forts et les défauts de votre communication corporelle.

Comment vous y prendre ? Filmez-vous et regardez-vous sur écran.

Convaincre et être convaincu

Pour adopter les bons gestes et la bonne posture, vous devez être convaincu de ce que vous allez dire, de votre savoir-faire, de votre argumentation.

Toute votre gestuelle doit alors confirmer vos arguments et montrer que ce que vous dites est important.

En parlant en public, vous devenez un communicant à part entière : tout votre être s’exprime pour vous.

Un langage corporel pour convaincre.

Gardez à l’esprit que votre interlocuteur perçoit et interprète :

  • 7 % de ce que vous dites ;
  • 38 % de votre voix et de la tonalité ;
  • 55 % proviennent de la posture et des gestes.

Communication non verbale

Plusieurs éléments entrent dans la composition d’une communication non verbale (CNV) réussie.

Adopter la bonne communication non verbale pour faire passer un message.

On retrouve les ingrédients suivants :

  • Le regard : le contact visuel est essentiel en communication dite interpersonnelle.
  • Les macro-mouvements : ce sont des mouvements qui expriment votre confiance en vous, votre domination, votre méfiance. On parle d’attitude primaire.
  • Les micromouvements : ces petits gestes trahissent votre état interne (tics nerveux, gestes parasites, crispation du visage, autocontact, etc.)
  • La distance avec votre public : on parle ici de proxémique. À une distance inférieure à 50 cm, la communication se veut intime. Entre 50 cm et 1,2 mètre, la communication est personnelle. Entre 1,2 et 3 mètres, la communication devient sociale. Et à plus de 3 mètre, la communication est publique.
  • La voix, la diction, la prosodie (marqueur d’éloquence comme les pauses, les silences, l’intonation).

Mes 3 premiers conseils pour un langage corporel clair

  1. Prendre conscience de sa posture

Il est essentiel de vous rendre compte comment vous vous tenez et d’identifier également la posture de votre interlocuteur. Êtes-vous plutôt fermé ou ouvert ? Avez-vous les bras et les jambes croisés ? Les mains dans les poches ? Les yeux vissés sur vos pieds ?

En langage corporel, savoir se tenir droit, les épaules face à votre public, suffit déjà à inspirer confiance.

  1. Regarder votre public

Cela semble évident, mais il est primordial de vous adresser à votre public en les regardant dans les yeux. Cela montre un signe de fiabilité et d’intérêt.

Gardez le menton relevé et maintenez un regard panoramique pour capter l’intérêt de toute votre assemblée.

  1. Poser sa voix

Élément moteur de votre communication en public, vous devez surveiller votre respiration pour adopter le ton le plus juste. Ne cherchez pas à moduler votre voix si ce n’est pas nécessaire, restez le plus naturel possible.

Et gardez à l’esprit qu’une voix contractée et aiguë évoque la colère, l’excitation voire la superficialité tandis qu’une voix trop grave, trop relâchée montre de la tristesse ou du mépris.

Conseils pour adopter le langage corporel parfait.

Le langage corporel est un outil essentiel de vos prises de parole. Entrainez-vous au même titre que vous vérifiez votre argumentation.

L’importance de la voix dans vos prises de parole

By Siegfried HAACK

Quel que soit votre secteur d’activité, si vous devez prendre la parole en public, vous vous rendez compte que votre voix est votre instrument de communication. Apprendre à la travailler et à l’accorder à votre discours vous aide à éviter la fatigue et surtout à toucher le public comme vous souhaitez qu’il vous écoute.

Préparer votre voix

La voix est intimement liée à votre personnalité, c’est pourquoi nous avons tous une voix différente. Selon le timbre de votre voix, votre intonation, l’accentuation et l’articulation de vos mots, vous possédez là un outil très puissant qui n’appartient qu’à vous.

Le travail de la respiration permet de placer votre voix naturellement et de délivrer le message parfait.

Ainsi, la voix vient renforcer l’efficacité de votre prise de parole, que ce soit dans le cadre privé, dans une petite réunion, mais aussi devant un parterre de clients ou en pleine conférence.

Adoptez une voix convaincante comme Barack Obama !

Adopter une voix convaincue et convaincante ne s’improvise pas.

Tous les grands orateurs que vous pouvez écouter çà et là (Martin Luther King, Barack Obama, Winston Churchill, Mahatma Gandhi, de Gaulle, Nelson Mandela, Steve Jobs, JFK, etc.) ont travaillé leur voix et la manière d’articuler leurs mots pour leur donner toute leur puissance et ainsi renforcer l’engagement de leur public.

Importance de la voix : maitriser sa communication

Votre voix représente le véhicule de votre pensée en marche. Elle reflète littéralement votre pensée au moment T.

C’est l’instrument privilégié en communication, car elle est en mesure d’influencer les relations interpersonnelles et d’impacter les consommateurs et clients.

Apprendre à utiliser et à placer sa voix, c’est la garantie de séduire, de convaincre et de présenter vos arguments, vos atouts et vos valeurs de la manière la plus irrésistible qui soit.

Une personne qui s’exprime avec une voix tantôt calme et posée, tantôt passionnée, une voix respirée, ponctuée de silences et travaillée inspire indéniablement la confiance, l’admiration et une certaine crédibilité.

Apprendre  l'importance de sa voix pour bien discourir.

On parle de communication verbale qui se démarque par un enjeu double :

  • Faire passer votre message de manière comprise, mémorisée et correctement interprétée.
  • Solliciter l’écoute de votre public par le concours de moyens non verbaux afin de transcender votre discours.

Travailler sa voix, c’est effectuer un travail tant sur le fond que sur la forme.

Astuces pour améliorer la qualité de votre voix

Soigner sa posture

Pour parler correctement et vous faire entendre haut et clair, il importe de vous tenir droit, d’avoir les épaules relâchées et de garder la poitrine en avant.

Concrètement, en ouvrant votre cage thoracique, vous favorisez la circulation de l’air et boostez votre capacité pulmonaire.

Travailler sa respiration

Élément crucial à votre discours oral, la respiration n’est pas à négliger.

Bien pratiquée, la respiration aide à mieux gérer le stress et à améliorer la prise de parole.

L’inspiration et l’expiration doivent être profondes.

Exercices et astuces pour maitriser sa voix

Surveiller son débit

Pour que votre voix prenne toute son importance en portant loin et longtemps, vous devez maitriser votre débit de mots.

En travaillant à modérer vos paroles, votre discours s’en trouve plus vivant, plus clair et évite tout souci de compréhension.

Gérer le volume

Pour ne pas fatiguer votre voix et ne pas abrutir votre public, le volume de votre voix doit être travaillé.

Bien sûr, il faut l’adapter à l’espace et au nombre de personnes dans l’assistance.

Et, pour que votre voix conserve toute son importance, veillez à ne pas crier et pensez à intégrer des silences pour que chacun (vous et votre public) retrouve ses pensées et digère ce qui est dit.

Le poids des mots dans votre prise de parole

By Siegfried HAACK

On dit souvent qu’une image vaut mille mots, mais ces derniers ont un poids et un sens dans notre communication. Dans vos prises de parole, il est important de bien les choisir et de bien les énoncer, bien les articuler.

Focus sur la force des mots dans votre discours oral.

Trouver le bon rythme

Quand une personne ne comprend pas la langue ou ne comprend pas tout simplement ce que l’on dit, le réflexe que nous avons est de réduire notre débit de mots.

On cherche alors à mettre toutes les chances de notre côté pour se faire comprendre.

A contrario, une personne qui a un débit de mots comparable à celui d’une mitraillette éprouve souvent des difficultés à être suivie et comprise.

C’est pourquoi adopter un rythme modéré permet d’optimiser vos prises de paroles. Ainsi, chaque mot est entendu, compris, assimilé et « digéré » si l’on peut dire. Le cerveau de votre interlocuteur saura mieux les interpréter.

Trouver le bon rythme pour discourir publiquement.

Une étude extraite de l’université d’Orléans a démontré que le débit oral avoisine les 200 mots/minute. Toutefois, dans un reportage télévisé ou radiophonique ou Internet qui est enregistré, le débit peut monter jusqu’à 230 mots/minute, ce qui s’avère beaucoup trop afin d’être compris pleinement.

Aujourd’hui, on préconise de parler à une vitesse oscillant entre 140 et 160 mots/minute.

Donner du poids aux mots

Il est recommandé, pour optimiser votre discours oral, de poser d’emblée l’idée principale de votre discours et de le nourrir avec éléments et arguments.

Décrire le cadre et ce que vous attendez risque de diluer votre discours et le rendre moins engageant.

Vous retiendrez l’attention de votre auditoire si vous vous montrez direct. Et dès lors que le public est « ferré », vous serez alors à même de dérouler votre argumentation.

Varier le rythme de ses phrases.

C’est aussi l’occasion de travailler sur la longueur de vos phrases afin de jouer sur le rythme de votre éloquence.

Avec des phrases plus courtes, le discours est plus dynamique et vos mots sont plus impactants.

En utilisant des phrases longues, des parenthèses, des incises ou encore des digressions à n’en plus finir, votre propos sera indigeste.

« Le mieux est l’ennemi du bien » comme le dit l’adage, alors faites simple. Supprimez les subordonnées, les circonvolutions loin d’être toujours utiles.

Adopter un langage positif

Pour que vos mots aient tout le poids désiré, ils doivent être portés par un langage engageant, un langage positif.

Votre attitude, votre comportement, votre manière de sourire, votre vocabulaire positif ont des effets sur votre public : ils renforcent la cohésion, ils participent à susciter l’intérêt et à engager votre auditoire.

Sans vous en rendre compte, un langage négatif peut saborder votre prise de parole.

Les mots ont un sens et du poids, rappelons-le.

Adopter un langage positif et motivé.

Faites attention à ne pas comparer négativement vos concurrents, à ne pas parler d’une manière humiliante ou méprisante. Veillez à ne pas utiliser des termes ou expressions qui suggèrent que votre public est peu fiable.

Non seulement le ton de votre voix a un effet sur votre discours, mais la façon dont vous allez vous exprimer agit sur le discours lui-même.

Comprendre l’intelligence émotionnelle

By Siegfried HAACK

C’est au début des années 1990 qu’est née l’expression « intelligence émotionnelle ». D’après les psychologues John D. Mayer et Peter Salovey qui en parlent les premiers dans la revue « Imagination, Cognition & Personnality », cela reflète l’état de nos émotions. Mais qu’en est-il concrètement ? Comment intégrer ce concept dans notre quotidien ?

Définition de l’intelligence émotionnelle

Contrairement à ce que l’on peut imaginer, les émotions sont loin d’être l’expression d’un chaos interne qui se mettrait à déborder, voire à exploser, sans prévenir.

Qu'est-ce que l'intelligence émotionnelle ?

Nos émotions appartiennent à des stimuli organisés face à un événement, qu’il soit interne ou externe, positif ou négatif.

Que vous éprouviez de la joie, de la colère, de la frustration, de la tristesse, de la peur, de la surprise ou encore de la fierté, tous ces instants sont des moments d’apprentissage sur vous-même et vos relations avec autrui.

L’intelligence émotionnelle est une forme d’intelligence qui va vous aider à orienter vos pensées et vos attitudes en fonction de vos ressentis.

C’est aussi une manière de maitriser ou d’influencer les émotions des autres.

On a l’habitude d’opposer le quotient émotionnel (QE) au quotient intellectuel (QI) pour la « mesurer ».

Caractéristiques de l’intelligence émotionnelle

L’intelligence émotionnelle est cette combinaison entre l’émotionnel et le rationnel qui va contribuer à l’épanouissement de chacun.

Ici, contrairement à l’intelligence rationnelle ou pragmatique qui se concentre sur la logique, l’intelligence émotionnelle propose des capacités de développement pour affronter toutes sortes de situations.

Quels sont les grands traits de l'intelligence émotionnelle ?

Intimement liée à nos émotions, ce type d’intelligence se caractérise par divers points :

  • Une meilleure compréhension de ses émotions ;
  • Une compréhension des émotions des autres et de leurs réactions ;
  • Une maitrise de ses attitudes et comportements face à nos émotions et impulsions ;
  • Une possible influence sur les émotions des autres ;
  • Une meilleure compréhension et appréhension des conflits.

La force principale de l’intelligence émotionnelle est de permettre de s’adapter à toutes les situations. Vous apprenez à gérer de manière optimale les relations interpersonnelles, les conflits et surtout vos émotions fortes.

Les avantages de l’intelligence émotionnelle

Nos émotions servent à nous avertir d’un changement d’état, réel ou imaginaire, entre soi et autrui ou entre soi et l’environnement qui nous entoure.

Cette meilleure compréhension de nos émotions a de nombreux bienfaits :

  • Un véritable épanouissement personnel ;
  • Un bien-être au quotidien ;
  • De meilleures (et plus sincères) relations sociales ;
  • Une diminution des conflits, qu’ils soient avec les autres ou avec soi ;
  • Une confiance en soi boostée ;
  • La capacité de faire des choix construits.

Quels sont les bienfaits de l'intelligence émotionnelle ?

Ainsi, en apprenant à mieux cerner votre intelligence émotionnelle et comment interpréter vos émotions, vous pourrez distinguer toutes les informations qui vous entourent pour avancer dans votre vie.

Les applications de l’intelligence émotionnelle au quotidien s’inscrivent dans n’importe quel moment de notre vie.

Vous serez ainsi en mesure de gérer vos émotions en cas de frustration, de déception, de rupture. Vous serez également prêt à mieux communiquer et interagir avec autrui.

Dans le cadre professionnel, c’est une opportunité de travailler plus en harmonie avec vos collègues. C’est pouvoir vous adapter rapidement à des changements ou encore de prendre du recul en cas d’opposition ou de conflit tout en apprenant à observer les émotions des autres.

1 2 3 6